Abrégé de cavorologie, Laurent GENEFORT

Le 5 janvier 2022 va paraître le nouveau roman de Laurent Genefort, Les Temps ultramodernes, le premier chez Albin Michel Imaginaire. Ce grand auteur français va y mettre en scène une uchronie steampunk (pour plus de précisions, allez voir le site d’Apophis) reposant en grande partie sur la découverte d’un nouveau métal aux propriétés rares, voire exceptionnelles, la cavorite. Cette substance est absente de nos livres de physique ; on ne la trouve pas dans le célèbre tableau de Mendeleïev. Mais, bonne nouvelle, l’auteur comble ce manque avec L’Abrégé de cavorologie, petit opuscule de plus de cent pages entièrement consacré à la cavorite. Et, autre bonne nouvelle, le livre, dans sa version numérique, est gratuit. Si, si !

Un livre « comme si… »

Tout, de la présentation au nom de l’auteur sur la couverture, joue le jeu du livre paru au milieu du XXe siècle. La maquette de la couverture, le dessin qui l’illustre, la mention d’une révision de 1931 également. Et, plus loin encore, la page internet du livre, sur le site Albin Michel. Le véritable auteur de ce livre indispensable n’apparait que dans la toute dernière partie intitulée simplement « Note de l’auteur derrière l’Auteur ». Alors bien sûr, il n’est pas question d’essayer de faire gober au lecteur que ce traité a réellement été écrit par Hippolyte Corégone, dont on trouvera la biographie sur le site d’Albin Michel. Mais cela participe au sense of wonder. Et cela augmente l’attente suscitée par la parution prochaine des Temps ultramodernes.

Un pseudo-traité scientifique

La table des matières participe de ce faux-semblant. Elle est organisée comme celle d’un véritable traité scientifique ayant pour objet la cavorite, ce minerai découvert au cours du XIXe siècle. On apprend tout de ses spécificités, de ses propriétés, y compris son poids atomique et sa place dans le tableau de Mendeleïev. Peut-être des scientifiques au bagage plus développé que le mien (ce n’est pas bien difficile) tiqueront devant certaines approximations. Mais, pour moi, l’illusion est parfaite et cela passe comme une lettre à la poste. Et même si la table des matières mélange un peu trop, peut-être, sciences physiques et histoire, le résultat est globalement plus que satisfaisant.

D’autant que la découverte de la cavorite a eu des effets immenses sur la société ainsi imaginée. En effet, sa principale particularité est la force antigravitative qu’elle engendre. Associée à du plomb (qui résiste à ses effets), elle permet aux objets de s’élever, perdant leur poids. Idéal, pour faciliter la vie quotidienne et, surtout, le transport aérien. Et même spatial. D’ailleurs, dans cette version du monde, l’Humanité a commencé à coloniser Vénus et Mars.

Un autre monde… quoique

Prenant un plaisir proche de celui des rôlistes qui bâtissent tout un monde, ses personnages, ses règles, pour amplifier le plaisir des joueurs, Laurent Genefort a créé tout un univers, proche du nôtre, mais qui s’éloigne par de nombreux côtés. Et c’est une vraie réjouissance et un jeu enthousiasmant de chercher, au cours de la lecture les points communs et les différences, les clins d’œil et les références cachées. Car, à n’en pas douter, l’auteur s’est fait plaisir à jouer ainsi au démiurge. Et cela me rappelle également cette tradition littéraire représentée, entre autres par Enrique Vila-Matas ou Bernard Quiriny, qui consiste à inventer des personnages et les intégrer dans la réalité. À jouer sur l’illusion créée par la littérature, qui permet de jouer à croire pendant la lecture.

Dans ce roman, un nouveau minerai, et les bouleversements s’enchainent. Et l’on rencontre les Curie tout occupés par le cavorium, plutôt que par le radium. La Tour Eiffel se multiplie. Mais j’arrête là pour ne pas dévoiler toutes les surprises concoctées par Laurent Genefort pour nous distraie et nous transporter dans son univers.

L’Abrégé de cavorologie est un merveilleux cadeau de Noël avant l’heure. Car, outre ses qualités certaines, il est gratuit (je l’ai déjà dit ?). Il est riche et agréable à feuilleter : on peut y piocher ou s’y plonger entièrement. Et en plus, il est gratuit (je sais, je me répète). Merci à Albin Michel et à l’auteur pour cette mise en bouche qui permet de patienter jusqu’à la parution très prochaine des Temps ultramodernes. Sans oublier une nouvelle du même auteur qui paraîtra fin janvier dans le numéro 105 de Bifrost et qui se déroule également sur la Terre où a été découvert ce minerai. Donc, pas d’excuse : tous à l’assaut de la cavorite.

Présentation de l’éditeur : Cet opuscule a reçu l’approbation du ministère de l’Instruction publique et de l’Administration régionale pour sa vocation à vulgariser un sujet connu de tous : la cavorite et son influence sur notre époque dite des Temps Ultramodernes. Plus concis qu’un traité, il représentera un auxiliaire précieux pour le corps professoral et les institutions, mais aussi pour les chefs de famille soucieux de l’éducation de leur progéniture. Dans ces conditions, nous avons le ferme espoir que notre publication sera bien reçue par les nombreux lecteurs à qui nous la destinons.

Albin Michel Imaginaire – 10 décembre 2021 (texte inédit – 112 pages – numérique gratuit)

D’autres lectures : Apophis, FeydRautha, Ombre Bones,


6 réflexions sur “Abrégé de cavorologie, Laurent GENEFORT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s