Un feu sur l’abîme, Vernor VINGE

Les éditions Robert Laffont continuent à toiletter leur catalogue. Gérard Klein ayant demandé à ce qu’aucun nouveau titre ne vienne enrichir cette mythique collection, il s’agit de faire du neuf avec du vieux. Ou de proposer un patrimoine essentiel aux plus jeunes en le mettant au goût du jour. Après la saga de Dune de Frank Herbert et Les Dépossédés d’Ursula K. Le Guin, c’est au tour d’un autre monstre de la fin du XXe siècle de retrouver une nouvelle jeunesse : Un feu sur l’abîme de Vernor Vinge, qui a obtenu, entre autres, le prix Hugo en 1993.

L’espace est vaste

On le sait, à force de lire des romans (et des nouvelles), de regarder des films et des séries, une des caractéristiques de l’humanité qui lui joue souvent des tours, c’est la curiosité. Et au début d’Un feu sur l’abîme, c’est encore la tentation d’un groupe de femmes et d’hommes de jouer à l’apprenti sorcier qui va lancer un mouvement de destruction massive inégalé. Tombés sur un ancien artefact, ils ont réveillé la Gale, une Puissance, un être (?) capable d’agir sur l’esprit, sur la matière. À des degrés incompréhensibles pour nous autres, pauvres humains. Mais les conséquences vont être catastrophique, puisque cette Puissance est bien décidée à régner sur l’univers. Heureusement, quelques rescapés de la mission d’exploration parviennent à s’échapper avec, même s’ils l’ignorent, une chance de vaincre cet ennemi surpuissant. Cependant, le vaisseau qui abrite cette solution miracle s’écrase sur une planète très peuplée, où la civilisation en est restée au stade médiéval. Quant aux habitants, ils sont pour le moins différents de nous. Je n’en dirai pas plus sur eux…

Un roman foisonnant

Même si j’ai eu une peu de mal à entrer dans ce roman, tant certains concepts m’ont été un peu difficiles à intégrer au début (la géographie de l’espace et ses spécificités dépasse mes limites très modestes en physique), j’ai vite franchi cette barrière pour entrer pleinement dans cette histoire. Car, comme souvent en SF, une fois les bases posées, cela roule tout seul. Vernor Vinge met en place trois grands axes narratifs : deux survivants de l’accident du vaisseau sur la planète « médiévale ». Deux enfants bien jeunes pour porter un tel poids sur les épaules. D’autant que dès l’arrivée, ils sont séparés et pensent que l’autre a été tué. Les voilà donc isolés sur un monde étranger, entourés de créatures terriblement différentes. Le dernier axe est centré autour d’une femme qui va entrer en contact avec l’un des enfants et va tenter, pour de multiples raisons, d’aller le sauver. Et leurs aventures, qui décideront de l’avenir d’une partie de l’univers, sont d’une grande richesse : les plus de six cents pages filent à grande vitesse, malgré la police de taille assez modeste.

Que va-t-il leur arriver ?

Car la force de l’auteur américain est de mêler le sort d’individus et celui de civilisations. On suit de simples femmes et hommes, tout en découvrant la fin de sociétés entières. Comme Liu Cixin dans Les migrants du temps, il manie des distances formidables, des milliards d’individus, des milliers d’années. Mais à la différence de l’écrivain chinois, il sait parfaitement nous impliquer dans le destin de ses personnages (je trouve en effet que Liu Cixin s’en sort mieux avec les grands groupes qu’avec les simples entités). Dans son cas, c’est plutôt le sort des civilisations menacées par la Gale qui semble bien lointain, sans véritable relief. Certains personnages ont beau être émus par leur disparition, de mon côté, cela ne m’a fait ni chaud ni froid.

Par contre, savoir ce qu’il allait advenir de Johanna ou de son petit frère Jefri, de Ravna, la jeune « sauveteuse » ou du presque humain Pham, qui va l’aider mais pas nécessairement pour de bonnes raisons, ça, ça m’importait. Je voulais découvrir comment ils allaient survivre et gérer cette crise phénoménale, comment ils allaient communiquer avec les autres races extraterrestres, les connues comme celles que fréquente Ravna, la nouvelle que Johanna et Jefri découvrent à leur corps défendant. J’ai été impressionné par la solidité de l’univers créé par Vernor Vinge et sa capacité à lui donner vie, à m’y faire pénétrer et à m’y sentir chez moi (à défaut de m’y sentir bien, car la situation est très, très tendue).

J’avais lu, voilà bien longtemps, du Vernor Vinge et cela ne m’avait pas particulièrement marqué. Mais je dois dire qu’Un feu sur l’abîme m’a agréablement surpris, malgré une entame un peu laborieuse. Cette fresque gigantesque menée presque comme un thriller, aidée sans doute par la révision de la traduction, se lit avec un plaisir gourmand.

Présentation de l’éditeur : Dans une galaxie où l’évolution technologique et les lois qui la gouvernent dépendent de la place que vous y occupez, il est risqué de s’aventurer en dehors de votre zone. Lorsque la jeune et ambitieuse civilisation humaine libère accidentellement une ancienne intelligence artificielle, celle-ci – la Perversion – menace l’Univers tout entier. Sans le savoir, deux adolescents rescapés du naufrage d’un vaisseau détiennent entre leurs mains le salut de millions d’espèces intelligentes. Mais ils échouent sur une planète primitive et ceux qui peuvent leur venir en aide se trouvent à des milliers d’années-lumière. Une terrible course contre la montre s’engage alors…

Robert Laffont, collection « Ailleurs & Demain » – 13 octobre 2022 (roman présenté dans une traduction de l’anglais [États-Unis] de Guy Abadia, révisée par L’Épaule d’Orion et Fabien Le Roy – A Fire Upon the Deep (1992) – Illustration : Aurélien Police – 662 pages – 25,50 euros / numérique : 18,99 euros)

Merci aux éditions Robert Laffont et à l’équipe de Masse critique de Babelio pour ce SP.

D’autres lectures :

Publicité

10 réflexions sur “Un feu sur l’abîme, Vernor VINGE

  1. J’avais été fasciné par le concept de « zones de pensée » qui sous-tend cette Voie Lactée. De ce qu’il m’avait été donné de comprendre, Vernor Vinge et son épouse (à l’époque Joan D. Vinge) avaient l’intention de l’utiliser ensemble. Hélas, il n’en a rien été…

    Aimé par 1 personne

  2. Une indéniable réussite de Vinge, c’est sûr. Il est aussi le créateur du concept de « singularité » qui s’est ensuite imposé dans les débats. On peut en voir la métaphore spatialisée avec une galaxie où les lois de la physiques dépendent de l’éloignement par rapport au centre.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s