La pierre d’océan (Eko – 1), Benoit GRELAUD

Présentation de l’éditeur : Sur une autre planète, à des milliers d’années-lumière de la Terre, vivent les lignums, de petits êtres mi-humains, mi-végétaux.
Eko est l’un de ces lignums, mais il est jeune, intrépide et peu obéissant, ce qui va lui causer bien des ennuis ! Car, en touchant les pierres sacrées, Eko met tout son peuple en danger.
Pour réparer sa bêtise, il doit partir en quête de trois nouvelles pierres, réparties dans des régions hostiles et inexplorées…
Pour ramener la première, la pierre d’océan, Eko le sait : il devra traverser mille épreuves et affronter mille dangers.
Le jeune lignum parviendra-t-il au bout de sa quête et à sauver son peuple ?

Une quête en trois tomes, trois livres, trois pierres à rapporter :
La pierre d’océan (tome 1)
La pierre de lune (tome 2)
La pierre de soleil (tome 3)

Mon avis : Eko est un fytos, un petit être végétal. Il ressemble à un petit garçon, mais son corps n’est pas fait de chair, d’os et de sang. Plutôt de bois et de feuilles. Il vit avec sa tribu, en sécurité derrière des barrières élevées grâce au pouvoir de pierres magiques. Trois pierres magiques pour être précis : la pierre d’océan, la pierre de lune et la pierre de soleil. Il est insouciant et ne cesse de chahuter avec sa jeune sœur, bien plus raisonnable que lui. Un jour, alors qu’il sait que c’est interdit, il décide de toucher une des pierres sacrées. Cette décision va avoir de terribles conséquences, dont son départ pour un voyage lointain et périlleux.

Et c’est parti pour des aventures non-stop ! Eko a beau être un peu écervelé, sa gentillesse et sa sincérité vont lui venir en aide au fur et à mesure de son périple. Et il va en avoir besoin tant Benoit Grelaud, l’auteur du premier tome de cette trilogie, le place à longueur de pages dans des situations difficiles. Eko va tout d’abord découvrir le monde, comme dans tout bon récit d’initiation. Et ce monde est vaste et fort divers : montagnes élevées, déserts de sable ou d’eau, forêts et champs, l’imagination de l’écrivain ne semble pas avoir de limites. Cela se confirme avec la galerie de personnages rencontrés par Eko, tous plus fantasques et surprenants que les autres. J’ai bien aimé les maisons vivantes et, surtout, le petit bébé maison.

En vieux routard de la littérature pour enfants, Benoit Grelaud sait user des ficelles propres à stimuler la rêverie des lecteurs, mais aussi ménager le suspens. Les aventures d’Eko s’enchainent à un rythme endiablé, ne laissant pas le temps de se lasser. Le rythme, encore lui, est maintenu par l’utilisation d’un chronomètre (l’auteur aime bien cet objet, semble-t-il, puisqu’il en avait déjà usé, entre autres, dans Via crucis) qui oblige Eko à se hâter et à ne pas abuser de la boussole : une consultation équivaut à deux heures de perdues.

Enfin, le roman est, comme toujours, illustré par son compère, Sylvain Even (pensez aux Koboltz, avec des cheveux verts, et vous aurez une idée de ce à quoi ressemble Eko) : un chaier central propose plusieurs illustrations en couleurs des épisodes clefs de ce volume.

Une lecture fort recommandable, menée tambour battant, et entrainante à souhait !


2 réflexions sur “La pierre d’océan (Eko – 1), Benoit GRELAUD

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s