La piste des oiseaux, Morgan OF GLENCOE

Une bande de jeunes filles et garçons survit dans un monde aride et dangereux. Les défis sont nombreux, ne serait-ce que trouver à manger. Et, surtout, survivre aux autres humains. Guidés par leur « père », Crow, Sparrow et les autres s’en sortent plutôt bien. Jusqu’à une rencontre fatale.

Un groupe soudé

Elle court vite, Sparrow. Elle est rusée et connaît les habitudes de ses proies. Le vautour qu’elle attrape l’apprend à ses dépens. Sparrow sait adopter la bonne allure, marcher au bon rythme pour tromper les oiseaux qu’elle convoite. C’est la seule solution pour obtenir ce qu’elle veut : de quoi manger, pour elle et pour son groupe. Ses frères et sœurs. Pas de sang, bien sûr, mais c’est tout comme. Kiwi, Woodie, Hawk, Swan. Que des noms imagés donnés comme lors d’un baptême. Bienvenue dans la famille ! Chacun connaît sa place, ou la trouve rapidement. Chacun a sa spécialité, sa force. Et l’utilise pour le collectif. Pour la survie de toutes et tous. Cela ne veut pas dire que tout se déroule comme sur des roulettes et qu’aucune chamaillerie ne vient ponctuer les journées. Au contraire, comme dans toute bonne fratrie, chacun a son avis et veut l’imposer aux autres. Mais toutes et tous se rangent derrière l’avis de Crow.

Nous sommes les Wings, libres comme des oiseaux. Nous sommes qui nous voulons être.

En quelques pages (il faut faire vite, car c’est une nouvelle et pas une des plus longues), Morgan of Glencoe donne vie à ce petit groupe. Quelques répliques bien senties, quelques remarques et on fait partie de la famille. On comprend rapidement qui domine, qui suit, qui est indispensable et comment tout ce petit monde fonctionne.

Survivre malgré les autres

De même, c’est en quelques lignes que l’autrice fait vivre pour nous un monde post-apocalyptique crédible et riche (je ne vais plus oser dire que je ne suis pas un grand amateur de ce genre, plus personne ne me croira). Sans entrer trop dans les détails pour ne pas tout gâcher de votre découverte, on comprend rapidement que la société telle que nous la connaissons est morte. Glissements de terrain, inondations, tremblements de terre ? Difficile à savoir avec certitude. Mais des phrases comme « ils ont excavé jusqu’à une ancienne pharmacie. » apportent quelques indices. On sait juste que la survie est difficile et qu’une fois de plus dans ce genre de roman (comme on peut le craindre dans la « vraie vie »), l’entraide n’est pas au rendez-vous (Antoine Jaquier avait le même postulat dans Tous les arbres au-dessous). Et quand la famille de Crow doit porter secours à l’habitant d’un village en échange de l’accès à une pharmacie, elle sait que l’opération peut être dangereuse. Swan soigne. Et cette compétence est rare. Pas sûr qu’on la laisse partir malgré les services rendus. Histoire de garder cet atout toujours présent. Tout est calcul : peser les risques pour savoir quoi faire. Imaginer les conséquences de toute action. Une vie en équilibre permanent. Surtout quand des forces sombres rôdent, fortes de leurs certitudes.

L’Humanité en est là parce qu’elle s’est laissé diriger plutôt que de s’éduquer.

La piste des oiseaux est une courte nouvelle. La première que je lis dans ce CdN (Club de la nouvelle) d’ActuSF, une offre de textes courts en format numérique uniquement pour un prix très abordable (1,99 €). Et c’est une bonne pioche, car il est équilibré et immersif. Je suis entré pleinement dans le monde décrit, j’ai adhéré à la vie des personnages. J’en suis même à espérer que Morgan of Glencoe prolongera cette nouvelle : l’univers imaginé le permet. Histoire de suivre encore un peu cette piste des oiseaux.

Présentation de l’éditeur : Sparrow chasse les vautours en s’allongeant dans le sable et en faisant l’appât. Ses frères et sœurs savent lire et ont appris les règles du désert grâce à Crow, leur père adoptif. C’est une vie dure et dangereuse, mais leur famille soudée est à l’abri des menaces de la fin du monde. Mais un événement inattendu remet tout en cause. Elle n’est plus un appât. Saura-t-elle être comme un oiseau, et ne laisser aucune trace ?

Éditions ActuSF, collection « Club de la nouvelle » – 4 avril 2022 (nouvelle précédemment publiée dans Utopiales 2020 – numérique : 1,99 euros)

D’autres lectures : L’ours inculteYuyineAnudar

Publicité

8 réflexions sur “La piste des oiseaux, Morgan OF GLENCOE

  1. Mais tu ne lis donc que du post-apo ! 👀
    J’ai le tome 1 de sa série qui attend depuis… bien longtemps. Mais peut-être que je devrais plutôt me pencher sur cette nouvelle pour enfin avoir lu l’autrice. 😅

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s