L’Aube [Xenogenesis 1], Octavia E. BUTLER

Lilith Iyapo se réveille. Ou plutôt s’éveille. Une nouvelle fois. Seule dans une pièce à l’ameublement minimaliste. Elle ne sait pas qui l’a enlevée. Ni pourquoi, ni ce qu’elle fait là. Elle se rappelle juste sa vie d’avant. Et que la guerre a décimé la grande majorité de la population terrestre. Mais elle a survécu. Pourquoi ? Pour quoi faire ?

Un avenir noir pour l’humanité

L’Aube est le premier tome d’une trilogie, Xenogenesis, publiée originellement de 1987 à 1989. Les éditions au Diable Vauvert, dans leur volonté de proposer aux lecteurs français les textes d’Octavia E. Butler, ont fait traduire cette œuvre inédite par Jessica Shapiro. C’est cette dernière qui avait révisée la traduction de Liens de sang, texte magistral par lequel j’ai découvert Octavia E. Butler. Et c’est une chance pour nous autres. Moi, en particulier, qui ne lit pas l’anglais couramment.

Dans ce roman, on oublie le passé pour se diriger vers un futur totalement imaginaire. Les guerres ont ravagé la Terre qui est devenue inhabitable (ça, malheureusement, c’est crédible). Des extraterrestres ont récupéré certains humain.e.s pour les sauver. Ils semblent avoir du mal à supporter qu’une « race » disparaisse et interviennent donc pour en récupérer des représentant.e.s. Tout ceci est très louable. La suite l’est peut-être un peu moins. Cela reste à voir et fait le centre de ce récit d’Octavia E. Butler. Encore un de ses cas de conscience cornéliens. Pour le moins.

Céder au pouvoir ?

Ce qui m’avait vraiment beaucoup plu dans Liens de sang, c’est le dilemme moral auquel était exposée la protagoniste principale. Devait-elle travailler avec le Blanc, symbole de pouvoir et surtout d’oppression ? Le jeu en valait-il la chandelle ? On retrouve ce questionnement fort dans L’Aube. Lilith (quel prénom que celui-là, avec toute sa charge mythique que l’autrice ne pouvait ignorer) va apprendre à vivre avec les extraterrestres. Ils l’ont sauvée mais ils la gardent prisonnière. Elle est traitée sans violence mais comme une prisonnière. Ou un animal. Enfermée. On fait sur elle des expériences. Quand elle ne supporte plus sa condition, on l’endort à nouveau. Puis on l’éveille à nouveau. Je pense que si un être humain était ainsi traité par d’autres, on contesterait ce traitement.

« Vous retournez dans votre cage, Lilith ? »

Malgré tout elle est en vie. Et peu à peu, les extraterrestres vont la faire vivre avec eux. Un peu comme la jeune Andrea Cort que l’on découvre dans Émissaires des morts d’Adam-Troy Castro et qui vivait dans une colonie mixte (avant le grand massacre). Puis, ils vont finir par lui demander plus. Ils vont lui demander de collaborer. Car leur but est non seulement de conserver des spécimens de toutes les « races », mais aussi de bénéficier de leur patrimoine génétique. En le mêlant au leur. Comment doit réagir Lilith ? Doit elle contester ? Se battre ? Mettre fin à ses jours ? Comment accepter cette condition ? Comment accepter de vivre avec ses geôliers ? Est-ce une question de survie et de bon sens ou est-ce amoral ? D’autant qu’on lui offre le retour sur une Terre à nouveau viable en échange. Que de questions que se pose Lilith et nous avec elle. Je dois avouer que c’est toute la richesse de cette autrice que de m’amener à me questionner sur de telles situations. Et de ne pas savoir quoi répondre. Car une fois encore, Octavia E. Butler se montre d’une grande finesse dans son traitement de la question. Pas question de nous montrer un point de vue unique, de nous faciliter la tâche en nous indiquant les gentils et les méchants, la marche à suivre. À nous, lecteurice, de nous débrouiller avec ça et de trancher. En espérant ne jamais se trouver devant un tel choix.

La lecture de Liens de sang m’avait convaincu qu’Octavia E. Butler était une grande autrice, mais elle aurait pu n’être la romancière que d’un seul grand roman. L’Aube m’a prouvé qu’il n’en était rien et que c’est une autrice qu’il me faut absolument lire et relire. Je commencerai bien évidemment par le deuxième tome de cette trilogie, L’initiation (prévue pour mars- avril) et Imago (octobre).

Cette trilogie se compose de : L’Aube, L’initiation (prévue pour mars- avril 2023) et Imago (octobre 2023).

Présentation de l’éditeur : Lilith Lyapo se réveille d’un sommeil de plusieurs siècles après que la guerre nucléaire a dévasté la Terre, à bord du vaste vaisseau spatial des Oankali. Créatures couvertes de tentacules et distinguées selon trois sexes, experts en manipulations génétiques, les Oankali ont sauvé les humains survivants d’une Terre mourante et ruinée. Ils ont guéri la planète, le cancer, et sont prêts à ramener Lilith et son peuple sur Terre. En contrepartie, ils demandent aux humains d’accepter de concevoir un enfant des Oankali, qui survivent en mélangeant leur ADN avec celui d’autres espèces. Les explorations génétiques menées sur Lilith évoquent celles sur l’afro-américaine Henrietta Lacks, dont les cellules cancéreuses prélevées à son insu furent utilisées dans des recherches biologiques. Mais Lilith finit par s’habituer à ces êtres aux technologies étranges et, pour aider les humains à regagner leur planète, prend leur parti… Aventure de science-fiction et exploration philosophique, un roman précurseur, aussi ambitieux qu’époustouflant, qui soulève finalement la question de ce que signifie être humain.

Au Diable Vauvert – 27 octobre 2022 (roman traduit de l’anglais [États-Unis] par Jessica Shapiro – Dawn (1987) – 423 pages – 23,50 euros / numérique – 12,99 euros)

Merci aux éditions Au Diable Vauvert (et spécialement à Nathalie Paino) pour ce SP.

D’autres lectures : Feyd Rautha (L’épaule d’Orion)

Publicité

3 réflexions sur “L’Aube [Xenogenesis 1], Octavia E. BUTLER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s