Olangar. Le combat des ombres, Clément BOUHÉLIER

Olangar est une prisonnière martyrisée. Lec Rossio, avide de vengeance, mène d’une de main de fer la répression contre ceux qui se sont opposés aux duchés. En particulier les nains, qu’il déteste par dessus tout. Un seul but : construire les nombreux navires promis aux duchés pour qu’ils puissent aller s’emparer des richesses dans les îles. Mais les habitants ne se laissent pas tous faire. Des résistances se mettent en place et un plan de sauvetage est à l’œuvre. Mais a-t-il de réelles chances d’aboutir ?

This is the end

Et j’en suis bien triste. Pour tout vous dire, j’ai traîné avant d’entamer la lecture de ce dernier tome d’une série qui m’a envoûté tout du long. J’ai été impressionné par Bans et barricades (tome 1 et tome 2). J’ai été heureusement surpris par la suite, Une cité en flammes,exercice toujours un peu casse-gueule car souvent les suites déçoivent, mais remarquablement négocié par Clément Bouhélier. Et Le Combat des ombres ne dépare pas dans ce tableau. Quel final, mes aïeux ! La trilogie s’achève, certes, mais avec panache. Toutes les lignes entamées par les personnages trouvent une fin, plus ou moins heureuse (mais l’auteur ne nous a pas habitués à la clémence avec ses héros). Nous pouvons les laisser partir dans leur coin, sans nous.

La résistance s’organise

Mais foin des lamentations ! Olangar est donc une cité meurtrie, placée sous la coupe d’un Lec Rossio revanchard et cruel, maladroit et très mauvais administrateur. De toutes façons, pour lui comme pour Jush Thagon, l’envoyé des duchés, la ville n’est qu’un moyen d’obtenir les navires nécessaires à leur mission d’enrichissement. On ne pense pas à la suite. On ne se demande pas si Olangar a un avenir. Mais pas mal de monde n’est pas de cet avis, à l’intérieur comme à l’extérieur de la cité. Nombreux sont ceux qui veulent tenter de libérer cette cité, malgré les difficultés énormes qu’une telle opération présente. Et l’on retrouve à la manœuvre tous nos personnages préférés (enfin, ceux qui ont survécu aux épisodes précédents) : Evyna d’Enguerrand, encore plus déterminée, prête à mourir pour une idée ; Torgend Aersellson, l’elfe, et Ergan, l’orc, son ami, prêt à risquer leur vie pour aider ; Baldek, le nain, qui se fait vieux et a du mal à anticiper le combat et les nouvelles alliances. Et d’autres encore, rencontrés de-ci de-là.

L’humain, toujours au centre du récit

Car une fois encore, ce qui m’a le plus intéressé, c’est le devenir de chacun de ces personnages. Cela fait un certain nombre de pages que je les suis. Et ils me sont devenus proches. Je pressens le grommellement de l’un, la colère de l’autre. Je redoute la témérité de l’une, l’esprit de sacrifice de l’autre. Et comme c’est le dernier tome, j’ai profité au maximum des derniers instants passés avec eux. Mais Clément Bouhélier, je l’ai écrit plus haut, n’est pas tendre avec eux. Ils vont souffrir jusqu’au bout, payer le prix de leurs choix, douter de leurs projets, obligés parfois de mentir ou, pire, de trahir un proche. La raison d’état est-elle supérieure à l’amitié ? Peut-on sacrifier la vie de plusieurs personnes, dont des amis au nom d’une cause. Comme les précédents volumes, Le combat des ombres n’édulcore par les thématiques sombres, les choix cornéliens. On n’est décidément pas chez les Bisounours. Toute décision a une conséquence. Dans un monde en transition, s’investir équivaut à risquer sa vie et mettre en danger celle des autres. Et Clément Bouhélier sait nous faire ressentir au plus près les dilemmes de ses personnages. Pourtant ils sont nombreux et variés, leurs motivations sont éloignées les unes des autres, mais on les suit et les comprend. À défaut de tous les apprécier.

Mais ça explose quand même pas mal

S’occuper de la psychologie des personnages, c’est bien, mais ça ne nourrit pas son homme. Enfin, quelque chose comme ça. Tout ça pour dire que Clément Bouhélier, on l’avait compris dans les précédents volumes, maitrise les scènes d’action avec brio et, pour le final, il n’hésite pas à multiplier les assauts. Car l’intrigue n’est, une fois de plus, pas basique. On assiste à des retournements de situation, des trahisons, des échecs. La panoplie complète du parfait suspens. Jusqu’au bout, je me suis demandé qui survivrait. Et dans quel état se retrouverait Olangar. Car elle souffre, la ville. Je ne sais pas ce qu’en aurait dit de Gaulle, mais il aurait pu faire preuve de lyrisme tant les coups ont plu sur elle de l’extérieur comme de l’intérieur. Comme, en plus, les factions sont nombreuses et que les alliances changent au gré du vent, les occasions de s’occire et de tout faire exploser sont légion. Mention spéciale au tueur au masque de chairs. Lugubre à souhait.

Merci, donc, à Clément Bouhélier pour ces livres. Merci pour avoir donné vie de façon si intense et si crédible à un monde et une ville peuplés de nains et d’humains, d’elfes et d’orcs. Merci de leur avoir donné une conscience politique réaliste, suffisamment proche de la nôtre pour que l’on puisse s’y croire. Merci pour ces moments passés hors du temps, avec des êtres que j’aurais voulu côtoyer, soutenir, aider. Simplement merci.

Présentation de l’éditeur : Sous le joug des duchés, la grande cité vit désormais recroquevillée sur elle-même tandis que ses habitants subissent les affres des privations et la violence de la milice dirigée par le pantin de Jush Thagon, Lec Rossio. Dans l’ombre des bas quartiers, les nains organisent la résistance autour de Baldek et de Nockis tandis qu’un tueur mystérieux s’en prend aux miliciens. Depuis son fief au sud du royaume, Evyna d’Enguerrand, la jeune suzeraine, et son ami l’elfe Torgend Aersellson s’entendent avec le chancelier en fuite, Ransard d’Alverny, pour mettre au point un plan qui, peut-être, permettra de libérer Olangar. Nul ne sortira indemne de ce dernier combat.

Critic – 10 novembre 2021 (roman inédit – illustrateur : Sébastien Morice – 539 pages – 24 euros /numérique : 13,99 euros)

Merci aux éditions Critic et à Eric Marcelin pour ce SP.

D’autres lectures : Céline Danaë (Au pays des Cave Trolls), Fantasy à la carte, Dup,


Une réflexion sur “Olangar. Le combat des ombres, Clément BOUHÉLIER

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s