Dommages et intérêts, Tochi ONYEBUCHI

Une société, semblable à la nôtre, dans quelques années. Kenny, jeune homme récemment entré sur le marché du travail, effectue un travail de l’ombre. Il visionne des images à longueur de journée sur la toile, trie et archive ce qui peut intéresser les clients de son entreprise. Dommages contre le mobilier urbain, vols, meurtres et, selon la partie du monde traitée, massacres à la machette, viols, décapitations. De quoi être considérablement fragilisé sur le plan mental et se trouver obligé de prendre force médicaments, Librax et Rivotril, pour supporter cette avalanche de violence.

Un condensé de thèmes – L’endettement des étudiants

Tochi Onyebuchi brasse de nombreux problèmes qui minent la société américaine actuelle. Les prêts étudiants. Aux États-Unis, dès la conception d’un bébé, certains parents ouvrent un compte d’épargne qui permettra à leur futur enfant de pouvoir se payer des études correctes. Malgré tout, nombre de lycéens doivent contracter un prêt pour affronter les coûts phénoménaux, vus de France, des frais d’université. À tel point qu’ils doivent, tandis qu’ils poursuivent leurs études, travailler la nuit et les week-end. Et qu’ils restent endettés encore de nombreuses années après. Dans cette nouvelle, le personnage principal, tout comme ses amis, a dû faire des choix de carrière, voire des choix de vie (mariage avec quelqu’un d’aisé) en lien avec cette dette. Et pas nécessairement des choix agréables, ni en adéquation avec ses convictions profondes.

Police blanche vs population noire

Il évoque également le danger que peut représenter pour la population noire une police armée et qui a la gâchette parfois une peu trop facile. Il serait aisé de citer un grand nombre de citoyens américains de couleur abattus par les forces de l’ordre de façon abusive et injustifiée : George Floyd, bien sûr, mais aussi Andre Maurice Hill, Jacob Blake, … Et Tamir Rice, en 2014 : un jeune garçon de 12 ans. Dans « Dommages et intérêts », un jeune Noir aussi est tué par un officier. Lui aussi tenait dans la main un jouet que le policier aurait pris pour une arme véritable. Mais ici, ce n’est pas un être humain qui a causé le décès du gosse. Dans cet avenir, le respect de la loi est entre les mains de policiers robotisés. Dirigés par l’Algorithme inventé par la boîte pour laquelle travaille Kenny, les Crusties (nom évocateur) sont chargés d’aller sur le terrain et de gérer les situations dangereuses. Plus efficaces, plus fiables. Enfin, en principe. Comme le comprendra finalement Kenny.

Une intrigue et une narration habiles

En moins de quarante pages, Tochi Onyebuchi parvient à traiter de façon convaincante les thèmes évoqués ci-dessus. Sans oublier la prégnance des multinationales, sociétés tentaculaires qu’aucun sens moral ne bride dans leurs désirs de profits. Ni le mépris pour les travailleurs précaires, qui mettent leur santé mentale en jeu pour des salaires souvent ridicules. Tout cela est mêlé sans aucun artifice, naturellement. La société dépeinte brièvement par cet auteur que je découvre ici est pensée, organisée : prolongement de la nôtre, avec ses défauts exacerbés. La technologie donne un goût de SF, mais elle n’est pas déterminante. Elle aussi n’est qu’un prolongement de ce que nous vivons actuellement. Cette description d’un avenir peu souhaitable est servie par une maitrise certaine de la narration : on alterne les scènes avec justesse. L’auteur donne ce qu’il faut de renseignements sans se répandre en détails superflus ; mais sans oublier ceux qui sont nécessaires à l’imprégnation, à notre adhésion à cette histoire.

Mission, oui, présentée sous le plus noble des angles. Mission qui rapportait à ce chauve hologrammé, vice-président de la boîte en charge de la stratégie, un salaire annuel de 3,5 millions de dollars ; mission qui valait à Kenny, à Sasha et autres limiers de zone d’avaler tous les soirs quelques sachets de Librax et de Rivotril avant d’aller se coucher.

Coup réussi pour l’éditeur : lire cette nouvelle (offerte gratuitement en version numérique) m’a fortement donné envie de découvrir le roman de Tochi Onyebuchi à paraître chez Albin Michel Imaginaire L’Architecte de la vengeance. Pas longtemps à attendre puisqu’il est attendu le 30 mars. Merci pour cette lecture coup de poing, tout en finesse malgré tout.

Présentation de l’éditeur : Auteur de plusieurs romans jeunesse inédits en français et du roman coup de poing L’Architecte de la vengeance (Albin Michel Imaginaire, 2022), Tochi Onyebuchi est un jeune auteur américain d’origine nigériane. Son prénom signifie « louez dieu » en Igbo. Diplômé de Yale, de la Tisch School for Arts, de la Columbia Law School et de Sciences Po, en France, une fois ses études finies, Tochi Onyebuchi a exercé ses talents en droits civiques au bureau général du procureur de l’état de New York, ainsi qu’à la Legal Aid Society de la ville de New York (une association caritative). Après deux ans de pratique, épuisé par l’expérience, il a changé de voie et a intégré une entreprise high-tech, tout en maintenant son intérêt pour les droits civiques à travers ses écrits engagés. À l’heure où les robots-tueurs autonomes quittent peu à peu le champ de la science-fiction pour celui de notre réalité, la nouvelle « Dommages et intérêts » (The Hurt Pattern, 2020) fait office d’électrochoc. Vous connaissez la recette : 50% robot, 50% policier, 100% mortel.

Albin Michel Imaginaire – 18 mars 2022 (nouvelle inédite traduit de l’anglais [États-Unis] par Anne-Sylvie Hommasel – The Hurt Pattern (2020) – 40 pages – gratuit numérique)

D’autres lectures : Feyd Rautha (L’épaule d’Orion),

+ 1 nouvelles
Avancée du challenge : 46 nouvelles/novellas lues.
Publicité

4 réflexions sur “Dommages et intérêts, Tochi ONYEBUCHI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s