Lord Cochrane vs l’Ordre des catacombes, Gilberto VILLAROEL

Lord Cochrane, tome 2. Onze ans après avoir défait Cthulhu, Lord Cochrane revient, tout auréolé de la gloire de ses victoires en Amérique du Sud. Mais il reste un paria en Angleterre. Or un appel à l’aide son ancien compagnon de lutte, Champollion le Jeune, le fait accourir à Paris. Les tentacules seraient-elles de retour ?

Une suite ? Pas vraiment !

Tout d’abord, comme le précise l’auteur lui-même dans sa note de fin de livre (et il est bavard, Gilberto Villarroel : on sent le passionné qui a envie d’échanger avec ses lecteurs – il ne manque plus que le petit verre pour accompagner tout cela), il n’est pas utile d’avoir lu Cochrane vs Cthulhu pour profiter pleinement de ce nouveau tome. Les personnages sont les mêmes (puisque Cochrane est entouré de soldats survivants de la première aventure et du capitaine français Eonet ; et qu’il retrouve les frères Champollion : belle équipe, en vérité !), il est souvent fait référence aux évènements du premier roman, mais tous les éléments sont expliqués ou mis en perspective. Autrement dit, on peut très bien entamer la découverte des aventures du « marin audacieux », comme le surnomme affectueusement l’auteur, par ce Lord Cochrane vs l’Ordre des catacombes. D’ailleurs, entre les deux, onze ans se sont écoulés et il en a accompli, des trucs, ce lord Cochrane : sa campagne en Amérique du Sud lui a valu nombre de titres de gloire. Et nombre d’inimitiés !

Un tome maitrisé

D’ailleurs, commencer par Lord Cochrane vs l’Ordre des catacombes, cela peut être une bonne idée, tant ce récit est plus abouti que le précédent. Gilberto Villarroel s’est débarrassé (ou, du moins, a atténué) de certains tics ou habitudes parfois agaçants. Ce qui donne naissance à un livre au rythme trépidant, digne des Dumas et consorts. L’auteur sait enchaîner les aventures avec aisance et fluidité. Et un naturel affirmé, même si souvent, la vraisemblance doit rester remisée au placard. Car il s’en passe, des évènements. Et à un rythme digne de celui de Jack Bauer dans la célèbre (mais ancienne) série 24h chrono. Et cela passe très bien. D’autant que l’auteur a divisé son roman en deux trames narratives, rendant ainsi le récit plus dynamique encore : le « présent » qui raconte le séjour de Cochrane à Paris pour aider les Champollion, puis sa tentative de libération de l’épouse d’un ami prisonnière de l’Ordre des catacombes, et enfin sa recherche d’un document prouvant de manière absolue la véracité de son combat contre Cthulhu ; le « passé », lointain, qui remonte à l’an 52 avant J.C., aux côtés de César et de Vercingétorix. Ce dernier « moment » m’a bien fait plaisir, même s’il m’a moins convaincu, dans le ton, que la narration des aventures de Lord Cochrane.

Un héros flamboyant

Car Cochrane a tout de même un charme fou ! Il attire l’œil autant que les emm… Il fait d’ailleurs partie de ces héros qui tombent sans cesse de Charybde en Scylla, mais s’en sortent grâce à leur ruse et, en l’occurrence, à leur courage qui frôle, en apparence, la témérité. Quand un danger se présente, l’Écossais fonce dans le tas, ce qui a tendance à surprendre ses adversaires. Cependant, il ne le fait pas bêtement, sans réfléchir. Au contraire, esprit avisé, il examine sa situation le plus précisément possible et évalue ses chances de réussite. Puis il élabore un plan, de toute façon audacieux et souvent spectaculaire. D’où une grande jubilation pour le lecteur. Je me demandais régulièrement comment diable (un de ses surnoms, justement) il allait faire pour se sortir du mauvais pas dans lequel il se retrouvait. Et j’étais souvent agréablement surpris par le résultat. Comme, en plus, Gilberto Villarroel n’hésite pas à faire intervenir les progrès de la science, on obtient des scènes d’anthologie.

L’Histoire, toujours l’Histoire

Lord Cochrane vs l’Ordre des catacombes a beau être un récit d’aventures intégrant le mythe de Cthulhu, donc pas très vraisemblable, Gilberto Villarroel tient le pari de nous faire croire au monde dans lequel il nous plonge. Et il y parvient parfaitement tant il maitrise le Paris du XIXe siècle, tant il connaît la région de fort Boyard. Tant aussi il montre à travers ses récits toute la curiosité qui le travaille et le fait fonctionner. Comme il l’écrit dans sa note historique (eh oui, encore une note de fin d’ouvrage, tout aussi intéressante que l’autre), il découvre des lieux, des machines, des personnages et tente de les caser dans son histoire. Parce que cela lui fera plaisir. Et ce plaisir est contagieux. Quelle joie de visiter avec lui le cimetière du Montparnasse, de s’enfoncer dans les catacombes, de prendre la mer autour de l’ile d’Aix ! Quelle agréable surprise de voir rouler l’une des premières automobiles à vapeur !

Quelle chance de lire les aventures de Lord Cochrane ! Et ce n’est pas fini : une troisième tome est en route et devrait, si le méchant virus ne passe pas par là, arriver sous nos latitudes en février 2022. Une nouvelle occasion de vibrer avec un homme au courage et à loyauté sans limite, prêt à tout pour aider ses amis et faire triompher la vérité.

Présentation de l’éditeur : Le marin le plus audacieux de tous les temps est de retour dans une nouvelle aventure ! 1826, Paris. Jean-Baptiste Dallier, un bonapartiste ami des frères Champollion, est assassiné dans les catacombes. Le célèbre héros écossais Lord Cochrane arrive alors à Paris. Il y retrouve Champollion le Jeune qui possède les preuves de l’existence de Cthulhu, un monstre antédiluvien. Champollion a récupéré un manuscrit de la main de Jules César, qui décrit comment il s’est rendu à R’lyeh, la ville du monstre, au large du fort romain construit sur la longe de Fort Boyard. Cochrane, Champollion le Jeune et le capitaine Éonet partent aussitôt récupérer le manuscrit caché au cimetière du Montparnasse. Mais un mystérieux « Ordre des catacombes » rôde, décidé à empêcher leur enquête !

Aux Forges de Vulcain – 19 février 2021 (roman inédit traduit de l’espagnol [Chili] par Jacques Fuentealba – Lord Cochrane y la hermandad de las catacumbas (2018) – 446 pages – 20 euros)

Merci aux éditions des Forges de Vulcain pour ce SP.

D’autres lectures : Au pays des cave troll, Le syndrome Quickson, Culture vsnews, Gromovar, Le Chroniqueur,


Une réflexion sur “Lord Cochrane vs l’Ordre des catacombes, Gilberto VILLAROEL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s