Les disparues de Rushpool (Le dernier apprenti sorcier – 5), Ben AARONOVITCH

AARONOVITH Ben - Les-disparues-de-Rushpool.jpgPrésentation de l’éditeur :

L’agent Peter Grant, dernier apprenti sorcier et brillant enquêteur de la Police Métropolitaine de Londres – la Métro, pour les intimes – quitte cette fois la capitale britannique pour se rendre dans une petite bourgade du Herefordshire où les forces de police locales échouent à enrayer la vague d’enlèvements d’enfants dont leur communauté est victime. Assisté de Beverley Brook, Peter se retrouve bientôt embourbé jusqu’au cou dans une affaire pour le moins louche. Passe encore le danger omniprésent, la mauvaise humeur des flics du coin, la franche hostilité des dieux locaux… mais des boutiques qui ferment à 4 heures de l’après-midi?! Quelle horreur !

 

Mon avis :

Après avoir dévoré les quatre premiers tomes de cette série, j’avais fait une pause. Histoire de faire durer le plaisir. Et de laisser le temps à l’auteur d’écrire de nouvelles aventures de Peter Grant. Et à l’éditeur français de les traduire. Comme le sixième volume (L’arbre des pendus) est sorti en début d’année et que le septième (Peur sur la ligne) débarque au mois de juin, je suis reparti sur les traces de Peter Grant, apprenti du très old fashoned sorcier Nightingale.

Première surprise, l’auteur délaisse Londres qu’il avait parcouru avec amour dans les quatre premiers romans. Nous voici dans la campagne la plus éloignée, avec des routes à peine assez larges pour laisser passer deux véhicules, entourées de haies tellement hautes qu’on se croirait dans des tunnels. Bienvenue donc dans le nord du Herefordshire (pour ceux qui, comme moi, ignorent tout de ce comté anglais, voici un lien vers la page Wikipédia). Ça a été, au début, une source de frustration pour moi. Un des charmes de cette série, c’est l’amour que Ben Aaronovitch semble porter à Londres. Il décrit la ville avec précision, avec force adresses, détails architecturaux et anecdotes qui donnent envie de se précipiter dans le premier train (ou avion, mais c’est moins écologique) pour la capitale du Brexit, avec ce curieux guide voyage entre les mains. Mais la déception cède rapidement la place à un sourire de connivence. L’auteur utilise, pour cette zone pleine de verdure en lieu et place de béton, les mêmes techniques que pour le milieu urbain. Après avoir refermé cet ouvrage, on a d’ailleurs l’impression de connaitre ce petit coin d’Angleterre et d’être capable de s’y promener sans se perdre. Mais pourvu que cette escapade ne devienne pas une habitude.

Une fois passée cette légère déconvenue, qu’en est-il de l’histoire elle-même. Car, malgré l’importance du contexte, l’intérêt principal des Disparues de Rushpool, c’est l’enquête. Et là encore, on retrouve le mélange habituel de techniques policières saupoudrées de magie. La recherche des deux jeunes filles permet de brasser des thèmes plus propres à la campagne: changelins, licorne. Et c’est fait avec malice, comme d’habitude. Car Ben Aaronovitch (qui cite Terry Pratchett en dédicace) ne se prend pas au sérieux, avec cet humour que l’on qualifie de typiquement anglais : une certaine distance avec la réalité, même quand il aborde des thèmes graves ; quelques pointes de délire rafraichissantes.

Mais la mayonnaise prend un peu moins dans cet opus. La lecture des Disparues de Rushpool n’est pas désagréable, loin de là, et elle a le mérite d’être rapide, mais elle ne m’a pas autant charmé que les précédents. J’attends donc la lecture de L’arbre des pendus pour vérifier si c’est le trop plein de verdure qui m’a refroidi ou l’histoire en elle-même.

 

D’autres avis :

L’Affaire Herbefol

Des livres et les mots

Blog-o-livre

Emaginarock

Bulle de livre

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s